logo-IV-LCT.jpg

Ligue Communiste des Travailleurs

Section belge de la Ligue Internationale des Travailleurs -
Quatrième Internationale (LIT-QI)

« L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » K. Marx

Newsletter

Répression au Paraguay de LugoLes élections du 20 avril 2008 au Paraguay avaient donné la victoire à la coalition de l'ancien évêque catholique Fernando Lugo, une alliance de front populaire soutenue par toute la gauche, sauf le Parti des Travailleurs (PT), la section paraguayenne de la LIT-QI. A ce moment, ce parti disait : « Il est impossible que Lugo fasse une réforme agraire radicale ou qu'il mette en oeuvre un plan économique au service des travailleurs, en ayant comme colonne vertébrale de son gouvernement le PLRA et d'autres secteurs des classes possédantes. »[1] Il n'a fallu que quelques mois pour que le nouveau gouvernement montre sa face réelle, celle de la répression et la persécution des travailleurs et des paysans.
  Au Paraguay, 1% des exploitations agricoles occupent 80% des terres, et les barons de la monoculture du soja continuent à exiger du gouvernement des expulsions de paysans. Ceux-ci résistent par des occupations de terres. Entre le 1 janvier et le 26 août 2008, il y a eu 121 occupations, 56 expulsions, 193 détentions et 256 inculpations. Sous le gouvernement de Lugo, il y a eu 35 occupations dont 34 ont été suivies d'expulsions.
  Le 3 octobre dernier, dans la colonie Guaraní de la province de Mbaracyu, des paysans sommés à quitter des terres occupées avaient abandonné pacifiquement les lieux, après quoi la juge, Zunilda Martínez, la sénatrice du PRLA,, Zulma Gómez, les maires Mbaracaju et San Alberto et les Brésiliens Wilmar Alba et Romildo Maia sont allé « fêter » le succès de l'opération, invités par le propriétaire brésilien Óscar Adriano Farver. Quelques heures plus tard, cette bande est toutefois retourné sur les lieux et a commencé à tirer sur les paysans qui s'étaient retirés dans l'ancienne communauté de la colonie. Le camarade Bienvenido Melgarejo y a été touché par une balle et a été abandonné dans la rue par les agresseurs, sans lui prêter aucun secours. Il est mort peu de temps après. Un autre des paysans détenus a été violemment torturé. Les faits montrent que le terrorisme d'Etat, hérité de la dictature de Stroessner, est toujours en place.
  L'Association des Agriculteurs du Haut Parana (ASAGRAPA) et la Coordination des Sans-terre ont lancé une campagne nationale et internationale pour exiger une enquête sur ces faits et le châtiment des responsables. Vous pouvez manifester votre solidarité en envoyant un message à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." target=_blank mce_' + path + '\'' + prefix + ':' + addy63615 + '\'>'+addy_text63615+'<\/a>'; //--> .

La militarisation de la campagne

Le 31 octobre, une nouvelle attaque a semé la terreur quand la gendarmerie a attaqué brutalement et à l'improviste un groupe de manifestants de l'Organisation Lutte pour la Terre (OLT) - y compris des femmes et des enfants - qui se préparaient pour occuper des terres du baron brésilien du soja, Tranquilo Favero, et qui protestaient contre l'empoisonnement de leurs communautés par l'usage de produits chimiques pour l'agriculture, extrêmement toxiques. Plusieurs paysans ont été blessés, et six de leurs dirigeants ont été emprisonnés, accusés « de perturbation la paix publique, d'association de malfaiteurs, d'incitation à commettre des délits et de résistance à l'autorité ».
  Tranquilo Favero, le « roi du soja », possède 100 000 hectares et 40 000 bovins. Il exporte 120 000 tonnes de soja par an. Pour lui, « l'armée devrait déjà se trouver sur place pour occuper les lieux [...] Il y a deux ans, il y avait un climat d'occupation de terres et les militaires ont calmé le jeu. » Le gouvernement de Lugo a toutefois toute sa confiance : « C'est un gouvernement qui vient de se mettre en place, et nous avons beaucoup d'espoir en lui. J'ai toujours dit que j'aivais une totale confiance en Lugo »

La mobilisation, seule issue

Le Parti des Travailleurs fait un appel à toutes les organisations paysannes, syndicales estudiantines et populaires,, ainsi qu'aux organisations politiques de gauche de n'avoir confiance que dans nos propres forces. L'histoire du mouvement social a démontré amplement que les changements dont nous avons besoin ne viendront que de nous-mêmes, de nos organisations, à travers la mobilisation.