logo-IV-LCT.jpg

Ligue Communiste des Travailleurs

Section belge de la Ligue Internationale des Travailleurs -
Quatrième Internationale (LIT-QI)

« L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » K. Marx

Newsletter

9 août 2017
Une déclaration de la LIT-QI

Où va le Venezuela ?

La crise politique du Venezuela est une ligne de partage des eaux dans toute la gauche latino-américaine et mondiale. La majorité de la gauche réformiste s'aligne avec le gouvernement de Maduro « contre le coup d'Etat ». Il s'agit d'une manœuvre criminelle pour cacher le fait que le vrai putsch est l'œuvre de Maduro, qui impose une dictature au service de la « bolibourgeoisie ».

22 février 2014

Le Venezuela révèle la crise des gouvernements populistes et de Front populaire

Le 18 février dernier, après plusieurs jours de manifestations menée par l'opposition et d'affrontements sanglants avec les forces de l'ordre et les groupes paramilitaires du gouvernement, Leopoldo Lopez, un dirigeant de l'opposition, fut arrêté quand il s'est présenté à la police, accusé « d'incitation à la violence » contre le gouvernement de Nicolás Maduro.

Ni Maduro ni caprilesUn coup dur pour le gouvernement chaviste

Nicolas Maduro a gagné les élections du 14 avril avec un score de 50,78 % (7 575 506 voix), contre Enrique Capriles qui a remporté 48,95 % (7 302 641 voix). Ce triomphe avec une différence de seulement 1,83 % (272 865 voix), au-delà du fait que c'est une victoire électorale, représente un revers politique important pour le chavisme, qui a perdu, entre octobre 2012 et avril 2013, 615 626 voix capitalisées par Capriles.
   Cela signifie donc un progrès considérable de l'opposition de droite, qui s'est même permis de ne pas reconnaître le résultat « avant que toutes les voix ne soient recomptées ».

Manif face à l'ambassadeAssassinat de trois dirigeants syndicaux au Venezuela
NON à l'impunité !

Rassemblement face à l'ambassade du Venezuela
Mercredi 17 décembre - 18 h 00

LutterVoici un résumé - tel que présenté par Orlando Chirino, le coordinateur de l'Union Nationale des Travailleurs - du Plan de Lutte décidé lors d'une assemblée de l'UNT d'Aragua, le dimanche 30 novembre, avec plus de 80 dirigeants syndicaux d'un ample éventail de sections syndicales de la région.