logo-IV-LCT.jpg

Ligue Communiste des Travailleurs

Section belge de la Ligue Internationale des Travailleurs -
Quatrième Internationale (LIT-QI)

« L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » K. Marx

Newsletter

Bibliografía de Nahuel Moreno

1948

Cuatro tesis sobre la colonización española y portuguesa en América
La importancia de la interpretación de Novack

Tesis agraria; Tesis industrial
Dos textos (reproducidos en La estructura económica argentina) en que Moreno analisa la especifidad del desarrollo del pais desde la colonisación, diferente, por ejemplo, del de Brasil o de México.

1950

"En 1943, un grupo de cinco compañeros extremadamente jóvenes [...] llegó a la conclusión que el movimiento trotskista estaba en crisis por su íntima ligazón con la 'inteligentzia' y la bohemia revolucionaria pero no con el movimiento obrero, e, íntimamente unido a lo anterior, por la falta de responsabilidad teórica." Discurso inaugural al Congreso del Partido Obrero Revolucionario, el 6 de agosto de 1950.

El centrismo en cifras
Un texto polémico, reproducido en La estructura económica argentina, sobre el caracter capitalista del desarrollo historico de la economía argentina, con un subtítulo "repudio a los charlatanes". .

1954

Sobre el trabajo teórico
En ocasión de la edición de algunos textos sobre La estructura económica argentina, Moreno hace une introducción más general sobre el trabajo teórico en el partido. .

1955

El golpe gorilla de 1955
Este libro esta formado por dos folletos elaborados en diferentes momentos por Nahuel Moreno.
El primero fue titulado: “1954: año clave del Peronismo”. El segundo folleto, titulado: “¿Quienes supieron luchar contra la revolución libertadora, antes del 16 de septiembre de 1955?”, está compuesto por un conjunto de editoriales o artículos publicados en el periódico La Verdad, órgano de la Federación Bonaerense del Partido Socialista (Revolución Nacional)

1957

El marco histórico de la Revolución Húngara
La Insurrección de Berlín y la primera etapa de ascenso de las masas del Oriente de Europa
El significado del XX Congreso del PCUS y la denuncia de Stalin
El nuevo ascenso de las masas de Europa del Este culmina con las revoluciones nacional-obreras húngara y polaca
La verdad es una sola: el imperialismo apoya a Kruschev
Gomulka y Nagy contra los Comités y los Consejos Obreros dentro de la revolución nacional
La falta del partido revolucionario
La crisis mundial del estalinismo
La revolución húngara y polaca confirman el programa del trotsquismo ortodoxo
Hacia la tercera etapa de la revolución del Este de Europa
El verdadero rol de la Iglesia Católica: defender el orden constituido por la explotación burocrática
“Nadie fue capaz y nadie desea liquidar la lucha revolucionaria del pueblo húngaro”
Resolución del Consejo Obrero del 11 Distrito de Budapest (12 de noviembre de 1956):
Manifiesto de los escritores húngaros
Un corresponsal comunista desenmascara el crimen

1958

Tesis de Leeds
Tesis sobre el Frente Unico Revolucionario
Este documento, elaborado por Nahuel Moreno, en el año 1958, fue presentado ante el Congreso del Comité Internacional de la Cuarta Internacional, realizado ese mismo año en la ciudad inglesa de Leeds

1959

La revolución permanente en la posguerra
(Crítica al documento de Farrell Dobbs - publicado como anexo - p. 26 - al documento El marco histórico de la revolución húngara)
La conferencia del Comité Internacional celebrada en 1958 en Leeds aprobó un Proyecto de resolución sobre la situación mundial elaborado por Farrell Dobbs, uno de los más importantes dirigentes del Socialist Workers Party (Partido Socialista de los Trabajadores) de Estados Unidos. La crítica realizada por Nahuel Moreno planteó un conjunto importante de cuestiones teóricas, metodológicas y políticas y concluyó proponiendo algunas enmiendas, que fueron ignoradas.
El informe rendido por Nahuel Moreno en la reunión extraordinaria del Secretariado Latinoamericano del Trotsquismo Ortodoxo, en enero de 1959, fue publicado en el Boletín Internacional de Discusión.

1964

Dos métodos frente a la revolución latinoamericana - ¿Lucha guerrillera o lucha obrera y de masas?
Un comentario crítico a un artículo de Che Guevara de 1963, Guerra de guerrillas: un método. La recopilación (dr 1996) de textos sobre Che Guevara incluye una introducción sobre el contexto histórico y una cronología, así como el texto comentado del Che.

1967

Las revoluciones China e Indochina
Un trabajo preparado en 1967 a pedido de Ernest Mandel (quien dirigió la edición del libro “50 Years of World revolution 1917‑1967”. (An International Symposium, Merit Publishers, New York, 1968)
Se lo acompañe de un apéndice dedicado a la Revolución Cultural, compuesto de varios artículos aparecidos en distintas fechas, en el semanario de informaciones obreras y estudiantiles, La Verdad.

Las revoluciones china e indochina
La revolución cultural china
Proyecto de resolución sobre china
Una carta sobre china
Resolución sobre la revolución cultural china
Resolución sobre china

Guevara: héroe y martir de la revolución permanente.
Artículo publicado en La Verdad, 23/10/67, periódico del PRT de Argentina, dos semanas después de la muerte del Che.

1969

La Moral y la actividad revolucionaria
En el año de 1969, cuando se encontraba detenido en Perú, Moreno escribió “Moral bolche o espontaneista”, respondiendo a problemas concretos que se presentaban en el trabajo de construcción del partido en Argentina.

Moral bolche o espontaneista
Cómo encaramos el problema moral
Anexo: los apartes relativos al tema, del libro “Conversaciones con Nahuel Moreno” (1986).

1972

Lógica marxista y ciencias modernas
Prologo al libro “Introducción a la Lógica Dialéctica” de George Novack, Editorial Pluma, Buenos Aires, 1973

Lora reniega del trotsquismo
Carta abierta de Moreno al dirigente trotskista boliviano Lora, fechada en Buenos Aires, el 1 de julio de 1972

Argentina y Bolivia: un balance
Este texto refleja el proceso revolucionario en la Argentina y Bolivia entre 1968 y 1972, en el contexto de la polémica contra el guerrillerismo que impulsaron Ernest Mandel, en el ámbito mundial, y Roberto Santucho y Hugo González Moscoso, en Argentina y Bolivia respectivamente. Además de Nahuel Moreno (del PRT La Verdad), que fue el redactor principal, lo presentaron en el CEI de la Cuarta Internacional, en diciembre de 1972, los dirigentes de la minoría Joseph Hansen y Peter Camejo, del SWP de EE.UU., Hugo Blanco del Perú y Ernesto González (Aníbal Lorenzo), también del PRT/LV.

1973

El partido y la revolución Teoría, programa y política – polémica con Ernest Mandel
En respuesta a “En defensa del leninismo, en defensa de la Cuarta Internacional” de Ernest Mandel.
Este trabajo polémico voluminoso fue escrito por Moreno durante el año 1973, como aporte a la polémica previa al Décimo Congreso Mundial del Secretariado Unificado (SU) de la Cuarta Internacional, que se realizó en enero de 1974.
El Cap. 6, Partido mandelista y partido leninista constituye como un documento dentro del documente.

La Tesis sobre el guerrillerismo representa una posición polémica de Nahuel Moreno (Miguel Capa), Eugenio Greco y Alberto Franceschi, contra la mayoría en la IV Internacional.
   El texto está precedido por una larga Presentacíon de Eugenio Greco, escrita después del asesinato de Salvador Cayetano Carpio (12.04.1983) en El Salvador, consecuencia del "giro a la izquierda del estalinismo", del cual la essencia "podría resumirse de la siguiente forma: si ya no podemos impedir las revoluciones oponiéndonos frontalmente a ellas, destruyámoslas desde adentro. Para eso, en lugar de seguir acusando a las direcciones guerrilleristas y al resto de la izquierda de ultras y provocadores a sueldo del imperialismo, unámonos a ellos en un frente de izquierda; participemos de las luchas, incluso armadas, en vez de oponernos a toda lucha; por esa vía, con paciencia y aparato, terminaremos controlando nosotros.".

1974

Memorandum sobre la democracia
Un documento interno del Partido Socialista de los Trabajadores de la Argentina, escrito por Nahuel Moreno durante la polémica desarrollada en la IV Internacional en el año 1974 y 1975 alrededor de las consignas de defensa de la democracia burguesa levantadas por el PST ante el peligro de un eventual golpe de estado contra el gobierno peronista, constitucionalmente elegido.

Aplastar al fascismo.
En un discurso en el acto de sepelio de tres compañeros del PST asesinados, Moreno afirma: "No queremos la unidad de acción para acompañar nuestro cortejo. ¡La queremos para aplastar al fascismo!".

1975

Revolución y contrarrevolución en Portugal
Publicado en Cuadernos de Revista de América # 1, Julio – Agosto 1975, Buenos Aires

Nuestras diferencias sobre Key Issues
Resumen de la intervención oral de Moreno, efectuada ante una delegación de la dirección del Socialist Workers Party (SWP) de los Estados Unidos, formada por los compañeros Joe Hansen, Jack Barnes, Peter Camejo, Ed Shaw, Barry Sheffard, y Marie Alice Waters, antes de la Convención Nacional del SWP.

1977

España: con las Cortes, cortar la monarquí
Comentario sobre la resolución del Buró Político de la Liga Comunista Revolucionaria (España) del 14 de febrero de 1977 ante las elecciones a las Cortes españolas, previstas para mayo o junio de este año.

Alertamos contra la capitulación al “eurostalinismo”
Carta, fechada en Bogotá, 11 de febrero de 1977, a los compañeros del Secretariado Unificado de la IV Internacional para solicitarles que hagan una urgente delimitación pública de las declaraciones, consideradas revisionistas, del compañero Ernest Mandel.

Angola: la revolución negra en marcha

1978

Dictadura Revolucionaria del proletariado
Un trabajo polémico contra la resolución del Secretariado Unificado “Democracia Socialista y Dictadura del Proletariado”.

1979

Las perspectivas y la política revolucionaria después del triunfo de la revolución nicaragüense
Informe al Comité Central del Partido Socialista de los Trabajadores de Colombia (PST-C), agosto de 1979

1980

Anti-identikit
Intervención de Nahuel Moreno en Bogotá a mediados de 1980 con compañeros de la dirección del partido argentino. Moreno debate contra un documento (circular especial) que tenía como un capítulo el “Perfil” (o identikit) del partido, es decir “las posiciones fundamentales alrededor de las cuales hay que realizar la captación".

Informe oral de Nahuel Moreno ante el CC del PST de Peru
"En Perú y Bolivia podemos construir ya partidos revolucionarios con la influencia de masas."

Actualización del programa de transición
Tesis presentadas con la finalidad de que sirvieran de base para elaborar el programa de la Cuarta Internacional —Comité Internacional (CI–CI), organización surgida en 1980 como fusión de la corriente liderada par Nahuel Moreno— en esa época denominada Fracción Bolchevique (FB) —con el Comité de Reconstrucción de la Cuarta Internacional (CORCI) encabezado par Pierre Lambert.

1981

Centroamérica: seis países, una nacionalidad, una revolución

Aparece una nueva dirección
Informe de Moreno, cinco meses después de la Conferencia Mundial Abierta, de diciembre de 1980, en la que se eligió al Consejo General que designó al Comité Ejecutivo y al Secretariado de la cuarta Internacional - Comité Internacional (CI-CI)

El gobierno Mitterrand. Sus perspectivas y nuestra política.
El problema de la estrategia y la táctica ante el gobierno de frente popular instaurado en 1981 en Francia

Carta de Nahuel Moreno al Comité Central del Partido Obrero Socialista Intemacionalista de España
Fechada en Bogota, 13 de octubre de 1981, que discute evidencias que la política de la OCI (U) sería oportunista.

Escritos sobre la revolución polaca

Memorandum sobre las tareas presentes de la revolución política en Polonia
  En la reunión del Consejo General de la Iv Internacional (Comité Internacional) realizada entre el 23 y 29 de mayo de 1981 se aprobó un documento general presentado por Lambert, pero en esa misma reunión Nahuel Moreno comenzó a plantear, con el máximo de prudencia, su preocupación por las insuficiencias de la orientación desarrollada. El Memorándum que presentó en la reunión fue aprobado como “Complemento al proyecto de resolución sobre Polonia”.
Resoluciones sobre Polonia aprobadas por la CI(CI) en el mes de junio 1981
Carta sobre Polonia
  Moreno se opuso a una revisión de las Resoluciones por parte de la dirección de la OCI, en una carta del 18/8/1981.

1982

Tesis de fundación de la Liga Internacional de los Trabajadores – Cuarta Internacional

Intervenciones en la Conferencia de fundación de la LIT-CI
"La existencia de una tendencia trotskista ortodoxa es un hecho."

Oportunismo y Trotsquismo ante los gobiernos de Frente Popular
Tesis aprobadas por la conferencia de fundación de la Liga Internacional de los Trabajadores-Cuarta Internacional (LITCI)

La traición de la OCI

Escuela de cuadros de Venezuela, 1982

El revisionismo: principios y política
El frente popular
Sobre la revolución política en los Estados Obreros
Bibliografía

¿Por qué Fidel negocia en secreto con Reagan?
Anexo: Dos políticas para Cuba y los Estados Obreros

Por una Palestina laica, democrática y no racista
Carta de un camarada chileno (septiembre 1982)
Consigna democrática que puede abrir paso a la revolución obrera

El PRT y el MAS
En un Boletín interno de octubre 1982 del partido de Moreno, el PRT, se discute la táctica de aproximación con el MAS, un partido socialista reformista dirigido por Visconti. Poco después, el MAS pasará a ser el partido revolucionario, dirigido por la corriente de Moreno, que puede actuar abiertamente en la situación en que la dictadura militar había dejado de existir prácticamente, aunque no aún formalmente, y que el PRT era todavía "ilegal".

1983

Argentina: Una revolución democrática triunfante
Informe presentado al CEI de la LIT-CI en marzo de 1983 (publicado como Anexo en el libro de la Escuela de cuadros de 1984).

1982: Comienza la revolución
En junio de 1982, el general Bignone asumió el gobierno de la Argentina, tras haber logrado el apoyo de todos los partidos burgueses del país. Es el derrumbe de la dictadura genocida instaurada en marzo de 1976.

Armamento nuclear
La posición de la LIT-CI sobre el armamento nuclear, discutida en su Comité Central, está refejada en un articulo de Franceschi en Estrategia socialiste (n° 7, abril 1983), la revista teórica de la época..

1984

Sobre los sujetos históricos
Un debate con Gunder Frank

Revoluciones del Siglo XX
Un rápido resumen preparado al correr de la pluma por Nahuel Moreno en enero de 1984, para el estudio y discusión de las escuelas de cuadros del partido. Los capítulos 2 y 3 son disponibles en francés.

¿Ha comenzado la revolución brasileña?
Carta de Nahuel Moreno a la dirección de Alicerce (publicado como anexo al libro "Revoluciones des siglo XX").

Problemas de Organización
Anexo: Selección de las “Tesis sobre la estructura, los métodos y la acción de los partidos comunistas”, Tercer Congreso de la Internacional Comunista

Tesis sobre Situación Mundial
Proyecto del Secretariado Internacional de la LIT, 20 de octubre de 1984

Politizar al partido
"La exigencia para politizar al partido se desprende de una realidad objetiva y se hace más acuciante en la coyuntura pero va más allá de cualquier coyuntura. En última instancia la tarea histórica del partido es politizar a la clase obrera y al pueblo para que hagan la revolución. Esta tarea no se podrá llevarla a cabo si no se politiza, y si no lo hace tampoco podrá crecer, menos dirigir la revolución." 

Escuela de Cuadros de Argentina, 1984
Parte I: Crítica a las Tesis de la revolución permanente de Trotsky
 La concepción de Marx sobre la revolución permanente: sus limitaciones. La teoría menchevique sobre la revolución rusa. El planteo de Lenin y los bolcheviques. La formulación de Parvus. Las dos formulaciones de Trotsky. Coincidencias y divergencias acerca del sujeto social y el sujeto político de la revolución. La polémica Trotsky-Preobrazhensky sobre China. Reafirmación y crítica de la concepción trotskista de la revolución permanente a la luz de las revoluciones socialistas triunfantes de la posguerra.
Parte II: Teoría de la revolución
 Primera charla: Las revoluciones democráticas anticapitalistas. Contrarrevolución y reacción burguesas. Los cambios bismarckistas y revolucionarios de régimen. Polémica con Jack Barnes y Ernst Mandel en torno de las categorías de gobierno obrero y campesino, revolución de octubre y revolución de febrero en las revoluciones Rusa y de posguerra. Los diferentes “modelos” de revoluciones, desde el ángulo de las categorías teóricas. El carácter de la Segunda Guerra Mundial. ¿Reforma o revolución política en los Estados obreros? Democracia partidaria y elaboración colectiva.
 Segunda charla: El régimen de democracia obrera. La secuencia de la Revolución Cubana. Cómo se llegó a la dictadura del proletariado en las revoluciones de posguerra. La política de Trotsky frente a la contrarrevolución burguesa. El error de Trotsky en China. La hipótesis de la dictadura reformista del proletariado. Los diferentes “modelos” de revoluciones, desde el ángulo de las etapas de la lucha de clases.

1985

Informes e intervenciones del I Congreso de la LIT-CI y del II Congreso del MAS

Trazos gruesos de una trayectoria
En ocasión de la edición en forma de libro, en mayo 1985, de la polémica con Mandel de 1973 (véase El partido y la révolución), Moreno completa la discusión: "Doce años han transcurrido desde esa fecha y en su transcurso se sucedieron nuevos grandes hechos de la lucha de clases y emergieron nuevas y más profundas diferencias, que culminaron con nuestra ruptura con el SU en 1979. Ello hace necesario este prólogo algo extenso, para ubicar histórica y políticamente este trabajo en el desarrollo de una batalla política y una polémica ideológica que se viene desenvolviendo desde hace treinta y cinco años entre lo que hoy se sigue conociendo como SU y nuestra corriente, hoy organizada en la Liga Internacional de los Trabajadores - Cuarta Internacional - LIT-CI."

Manifiesto de la Liga Internacional de los Trabajadores – Cuarta Internacional

Ser trotskista hoy

Intervenciones en el Comité Ejecutivo Internacional de la LIT-CI (Mayo 1985)
Bolivia: la huelga general y la insurrección
La situación en España
Sobre Lutte Ouvrière

1986

El Frente Único Revolucionario
Colombia
Intervenciones en el Comité Ejecutivo Internacional de mayo de 1985
Intervenciones en el Comité Ejecutivo Internacional de septiembre de 1985Intervenciones en el Comite Ejecutivo Internacional de abril de 1986
Carta de Nahuel Moreno a Simón
Conversación entre Nahuel Moreno y Alberto Frank sobre la guerrilla colombiana - Noviembre de 1986
Carta abierta del Secretariado Internacional de la LIT-CI al partido
México
Intervenciones en el Comite Ejecutivo Internacional de abril de 1986

Intervenciones en el Comité Ejecutvo Internacional de la LIT-CI (Abril 1986)
Sobre las direcciones pequeñoburguesas
Sobre los Países Independientes del imperialismo
Sobre el Frente Antiimperialista
La situación Mundial: Lucha de clases y contraofensiva imperialista

Intervenciones en el Comité Ejecutivo Internacional de la LIT-CI (Abril 1986)
La debilidad del imperialismo
Frente único revolucionario
Direcciones independientes Una definición de clase
Países independientes ¿Naciones aliadas?

Consolidar y politizar
Balance y orientación del partido - Comite Central mayo 1986 

Nuestra experiencia con el Lambertismo
(Anexo en el libro de la Escuela de cuadros Venezuela de 1982, p. 108)

Conceptos políticos elementales
en colaboración con Mercedes Petit

Conversaciones sobre trotskismo

El sandinismo y la revolución

La autocrítica del Partido Comunista Argentino es confrontada con cuatro consejos de Lenin sobre el tema.

1987

Carta al PST de Colombia sobre A Luchar
(enero 1987)

Nahuel Moreno (1924 - 1987), un marxiste au service de la classe ouvrière et de l'Internationale

Voici une biographie succinte de Nahuel Moreno, que vous pouvez télécharger en PDF
Vous pouvez consulter l'oeuvre de Moreno disponible en français ici, et en espagnol ici.

Du café Tortoni à Villa Pobladora

Hugo Miguel Bressano Capacete, connu sous le pseudonyme de Nahuel Moreno, est né le 24 avril 1924 à Alberdi, Argentine, au sein d'une famille de classe moyenne. A l'âge de 15 ans, comme étudiant au prestigieux collège d'enseignement secondaire Belgrano, il participe à l'Association Culturelle Nicolas Vergara où il donne ses premières « conférences » sur des thèmes de philosophie (Kant, Hegel) et où il entre en contact avec un centre culturel : le Théâtre du Peuple.[1]  A partir de 1941, en même temps qu'il mène ses premières luttes contre les bandes fascistes qui poursuivaient les juifs, il commence à rencontrer des groupes trotskystes. « Entre 1940 et 1943, le trotskysme en Argentine était une fête » dira-t-il plus tard. On se réunissait deux ou trois fois par semaine dans le café Tortoni pour discuter de politique.
le Groupe Ouvrier Marxiste   Au Théâtre du Peuple, le jeune Bressano avait rencontré un marin, Faraldo, qui l'introduit auprès de Liborio Justo, le dirigeant trotskyste le plus important de l'époque, qui lui donnera le pseudonyme qui l'accompagnera toute sa vie. Moreno n'y restera pas longtemps. A partir de juin 1942, avec quelques jeunes étudiants et ouvriers de l'Association Vergara, il commence à étudier Que faire ? de Lénine. Un an plus tard, le coup d'Etat du 4 juin 1943 met fin à la « fête ». Mais le petit groupe de Moreno avait déjà un nom, le Groupe Ouvrier Marxiste (GOM), et surtout, il avait un programme : aller vers le mouvement ouvrier. En décembre 1943, il publie un premier document : Le parti. On y lit : « Ce qui est urgent, ce qui est immédiat, aujourd'hui comme hier, c'est de nous rapprocher de l'avant-garde prolétarienne et de rejeter comme opportuniste toute tentative de nous dévier de cette orientation. »
    Les camarades vont vivre à Villa Pobladora, dans le centre industriel d'Avellaneda ou se trouve l'usine frigorifique la plus importante, Anglo-CIABASA, 12.000 travailleurs, et ils entrent en contact avec le milieu syndical. Lors de la grève de janvier 1945, ils interviennent pour la première fois concrètement dans une lutte du mouvement ouvrier. Dans une grève postérieure, en avril 1945, ils participent déjà activement dans le Comité de grève et prennent la parole dans les assemblées. Ils y apprennent aussi beaucoup sur les agissements de la bureaucratie, et en particulier sur l'activité d'un certain Colonel Perón et ses manœuvres pour trahir la grève. En 1948, le GOM compte 100 militants, dont la plupart étaient des ouvriers, et décide de se transformer en parti, le Parti Ouvrier Révolutionnaire (POR), dont le congrès de fondation a lieu le 25 décembre.
    A propos de cette relation avec la classe ouvrière, Moreno a signalé dans un de ses derniers travaux : « Tout au long de ma vie politique, après avoir regardé, par exemple, avec sympathie, le régime issu de la révolution cubaine, je suis arrivé à la conclusion qu'il est nécessaire de continuer avec la politique révolutionnaire de classe, même si cela retarde pour nous l'arrivée au pouvoir de vingt ans, trente ans, ou peu importe combien d'années. Nous aspirons à ce que ce soit la classe ouvrière qui arrive vraiment au pouvoir, et c'est la raison pour laquelle nous voulons la diriger. »

Les premiers pas dans l'Internationale

La première organisation créée par Moreno, le GOM d'Argentine, avait entre 1943 et 1948 une pratique « internationaliste » semblable à celle d'une bonne partie du mouvement trotskyste : il soutenait les luttes des travailleurs partout dans le monde et revendiquait même la IVème Internationale, mais il n'était pas engagé dans la construction de cette organisation. Cette réalité change à partir de 1948, quand Moreno participe comme délégué au Deuxième Congrès de la IVème Internationale. Il y rencontre Michel Raptis (Pablo - Grèce), Healy et Hunter (Angleterre), Mandel (Belgique), Frank et Lambert (France), Maitán (Italie), Peng (Chine), Cannon, Hansen, Farrel Dobbs et Novack (Etats-Unis), avec qui il va se mettre à la tâche de construire la IVème Internationale, déjà sans la direction de Trotsky. Il y participe aussi aux premières polémiques.
    Le caractère des Etats issus de l'occupation des pays de l'Europe de l'Est par l'Armée rouge faisait l'objet d'intenses discussions. Des camarades soutenaient que ce n'étaient pas des Etats ouvriers, étant donné que leur transformation avait eu lieu sous la contrainte bureaucratique du Kremlin, sans révolution ouvrière et sans direction bolchevique. Pablo, Mandel et Moreno soutenaient qu'il fallait reconnaître ces Etats Ouvriers comme une conquête des masses, en dépit de leur origine atypique et leur déformation bureaucratique. Cette dernière position a finalement prévalu dans la IVème Internationale, ce qui lui a permis de donner une réponse correcte aux nouveaux défis qui s'imposaient, en particulier la défense de cette conquête face à l'impérialisme. La IVe
   La crise dans l'Internationale n'allait toutefois pas tarder. Les partis communistes avaient gagné un prestige énorme dans le monde entier, par la victoire sur le nazisme, les transformations en Europe de l'Est et les luttes de Mao en Chine. En 1951, dans un climat de « guerre froide », Moreno participe au 3ème congrès de l'Internationale. Pablo, Mandel et d'autres camarades prévoyaient l'éclatement de la troisième guerre mondiale comme inévitable, ce qui aurait mené les Partis Communistes à défendre l'Union Soviétique et, par ce fait, devenir révolutionnaires. Selon ces dirigeants, les trotskystes devaient donc faire de l'entrisme dans ces partis, une politique qui est entrée dans l'histoire sous le nom de Pablisme. Moreno affirmait que, si bien les trotskystes pouvaient entrer dans ces partis pour mieux se lier aux masses, ils devaient le faire avec l'objectif de détruire ces partis, de lutter à l'intérieur de ceux-ci contre leurs directions, qui ne cesseraient jamais d'être contre-révolutionnaires. Mais l'entrisme préconisé par Pablo était une capitulation au stalinisme.

Bolivie 1952, le test grandeur nature et la scission de la IV Internationale

Pour Moreno, cette capitulation devenait particulièrement dramatique en Bolivie en 1952. La classe ouvrière de l'Altiplano de ce pays était parvenue à construire des syndicats révolutionnaires qui menaient de grandes luttes, y compris avec des milices armées. Lors de l'insurrection de 1952, ces milices avaient mis en échec l'armée bourgeoise, dont les soldats désertaient en masse avec armes et bagages. Les syndicats formaient une Centrale Ouvrière Bolivienne (COB) qui unifiait les milices ouvrières et paysannes et constituait ainsi l'unique force armée du pays. Les trotskystes, organisés dans le Parti Ouvrier Révolutionnaire (POR), y avaient une influence de masses.
   Dans ce contexte, Moreno disait que le POR devait lutter pour que la COB et ses milices prennent le pouvoir - « Tout le pouvoir à la COB ! ». Mais les dirigeants du POR, sous l'orientation de Pablo, Mandel et le secrétariat de la IVème Internationale, soutenaient le gouvernement bourgeois « progressiste, nationaliste » de Paz Estenssoro, ce qui a permis à la bourgeoisie, non sans difficulté, de reconstruire finalement son pouvoir.
   Moreno considérait que la capitulation du pablisme à une direction nationaliste bourgeoise en Bolivie a fait perdre au trotskysme la plus grande opportunité de diriger une révolution ouvrière et de se transformer en un courant international de masses.
   En 1953, Pablo expulse la majorité de la section française qui s'opposait à l'entrisme. Les trotskystes français, anglais et états-uniens, ainsi que Moreno et la majorité des militants sud-américains, rompent alors avec le Secrétariat International et forment le Comité International (CI), dirigé par le Socialist Worker's Party (SWP) des Etats-Unis. Le SWP, avec sa direction ouvrière de Dobbs, Cannon et Hansen, était à l'époque le parti avec la tradition prolétaire la plus importante. Il avait participé aux grandes luttes syndicales nord-américaines et avait été orienté par Trotsky depuis son exil au Mexique. Moreno se considérait comme disciple de ces dirigeants, en particulier de Hansen. Pour Moreno, « dans l'Internationale, il se passait quelque chose de semblable à ce qui était arrivé au mouvement trotskyste argentin. Elle était en mains d'une direction non-prolétaire, avec une base sociale dans l'intellectualité européenne avec tous les vices des courants petits-bourgeois ».
   A l'intérieur du Comité International, Moreno organise avec d'autres camarades un Comité Latino-américain, qui devient en 1957 le Secrétariat Latino-américain du Trotskysme Orthodoxe (SLATO), avec une direction centralisée pour l'Argentine, le Chili, la Bolivie et le Pérou. En représentation du SLATO, il participe en 1958 à la Conférence du Comité International qui se réunit au mois de juin dans la ville de Leeds (Angleterre). Lors de cette conférence, il mène une rude discussion avec les délégués du SWP des Etats-Unis autour de la nécessité de s'opposer avec une organisation centralisée au pablisme, sans succès.

De la révolution cubaine à la réunification - la discussion sur la guérilla

En 1959, la Révolution cubaine provoque une importante discussion au sein de la IVème Internationale. Pablo soutient dès le début le Mouvement du 26 juillet, dirigé par Fidel. Le reste a une attitude plus réticente.
   Nahuel Moreno a au début une position erronée. Il compare le triomphe de Fidel avec « la Révolution de Libération Argentine » (le putsch militaire contre Perón). Dix mois après la prise du pouvoir par la guérilla, le journal du POR argentin, Palabra Obrera, écrit : « Fidel Castro continue à être un homme de confiance des yankees. » Au mois de novembre, Moreno commence à changer d'avis en reconnaissant que la Révolution cubaine fait partie de la lutte anti-impérialiste.
   La plupart des courants trotskystes, du Secrétariat International et du Comité International, qui reconnaissent qu'à Cuba un nouvel Etat ouvrier a vu le jour, s'unifient pour donner naissance au Secrétariat Unifié (SU) de la IVème Internationale en juin 1963. Le POR argentin, bien qu'appartenant aux courants qui jugent que Cuba est un Etat ouvrier, n'entre pas dans le SU à cause de ses différences politiques et méthodologiques avec le pablisme, ainsi qu'avec le SWP américain qui avait dissout de façon bureaucratique le Comité International sans faire un bilan quelconque, ni du pablisme ni du propre Comité International. En 1964 toutefois, face au fait accomplit de la réunification, et pour ne pas rester isolé, le POR argentin adhère au Secrétariat Unifié, malgré ses différences.
   Entre-temps, l'année 1961 sera marquée par les mobilisations paysannes au Pérou, sous la direction de Hugo Blanco. Le POR argentin soutient activement la lutte avec l'envoi de cadres, et le quartier général du SLATO s'installe au Pérou. En 1962, Moreno est emprisonné à Buenos Aires où il vivait en clandestinité.
   Suite à la révolution cubaine, un courant en faveur du foyer de guérilla se développe amplement, y compris dans les rangs du POR argentin, contre lequel Moreno mène une lutte intransigeante. Face à l'emprisonnement de ses camarades de lutte, Moreno affirme dans le journal du POR : « Nous continuons à croire que notre obligation est de continuer à dire la vérité, devant les vivants et les morts, au-delà de l'héroïsme, l'audace et le courage de ces derniers : le terrorisme et les guérillas isolées du mouvement de masses et sans une politique correcte, ne servent absolument à rien. »
    En 1965, le POR s'unifie avec le Front Populaire Indoaméricaniste Révolutionnaire (FRIP), avec lequel il menait déjà une étroite collaboration depuis deux ans, pour former le Parti Révolutionnaire des Travailleurs (PRT). Toutefois, les pressions de la tactique de guérilla provoquent un schisme dans le PRT. En 1967, un secteur, dirigé par Moreno, soutient que la lutte armée doit être subordonnée à la lutte de classes, et que le parti doit être de plus en plus lié à la classe ouvrière. L'autre secteur, dirigé par Santucho, défend d'entreprendre la lutte armée, indépendamment du niveau de la lutte de classes, et juge pour cela nécessaire la militarisation du parti. En 1969, Moreno participe au 9ème Congrès de l'Internationale, mais c'est le secteur de Santucho qui y est reconnue comme section officielle. En 1972, Moreno adopte une position qui sera très polémique au sein de la gauche argentine : la nécessité d'utiliser les marges légales conquises à partir du soulèvement de Cordoba de mai 1969 (le cordobazo). Son courant du PRT ouvre des locaux semi-légaux sous la dictature militaire, et arrive à un accord avec un secteur du socialisme pour légaliser un nouveau parti, le Parti Socialiste des Travailleurs (PST), et prendre part aux élections.

La première « occupation d'usine » en Argentine, dans les années 60, racontée par Moreno.[2]

« Je dirigeais une cellule de métallos d'une douzaine de camarades dans l'usine Domec. Nous avions gagné pratiquement toute la commission interne de l'usine pour le parti, et entre autres un ouvrier très arriéré politiquement, connu comme "Corrientes". La Commission était dirigée par un italien, Parrino, très apprécié par Corrientes, et qui un jour avait été licencié. [...] Je demande à Corrientes ce qu'il pensait que l'on devait faire. La réponse : "Lundi je rentre à l'usine avec mon couteau, je vais au bureau du 'Turco' (le patron) et je demande d'être reçu comme membre de la Commission Interne. Quand il me reçoit, je ferme la porte et je lui dis : si vous ne réincorporez pas Parrino, je vous tue avec mon couteau." Je lui dis alors : "Pardon, camarade Corrientes, si tu donne l'ordre, comme membre de la commission interne, de mettre toute l'usine à l'arrêt quand le patron arrive, tu crois que ça pourrait marcher ?" à quoi il me répond "oui". Alors je lui propose : "Au lieu d'aller toi tout seul avec un couteau, vous y allez tous, vous occupez l'administration et l'usine, vous faites la grève à l'intérieur de l'usine, et vous menacez le Turco, si vous voulez, mais tous ensembles. Corrientes a accepté la proposition. Cela a été une des premières occupations d'usine en Argentine. »

Nicaragua : la trahison du SU

La polémique avec la direction du Secrétariat Unifié continue à s'accentuer. Avec d'autres dirigeants, Moreno écrit Argentine et Bolivie : un bilan, ce qui forme la base pour créer en mars 1973 la Tendance Léniniste Trotskyste (TLT) qui en août devient la Fraction Léniniste Trotskyste (FLT).
   Le putsch militaire en Argentine force le PST en 1976 à la clandestinité et Moreno abandonne clandestinement l'Argentine en direction de Bogotá (Colombie), où il fonde la Tendance Bolchevique (TB) qui deviendra peu après la Fraction Bolchevique (FB). Il gagne le Bloc Socialiste (BS) de Colombie pour la IVème Internationale et la Tendance Bolchevique. Le BS deviendra le Parti Socialiste des Travailleurs (PST). Dans cette nouvelle situation, Moreno et un groupe de cadres argentins, ensemble avec la direction du PST colombien, promeuvent la construction d'organisations révolutionnaires au Panama, au Costa Rica, au Nicaragua, en Bolivie, au Venezuela, au Mexique, en Suède, à El Salvador, en Espagne, au Portugal, aux Etats-Unis, au Brésil, au Pérou...
   Pendant son exil en Colombie, Moreno aide à organiser la Brigade Simon Bolivar pour participer au combat du Front Sandiniste de Libération Nationale contre Somoza. Deux semaine après la chute de Somoza, Moreno justifie cette activité dans une intervention au Comité Central du PST colombien : « Cela fait plus de deux ans que nous avons affirmé qu'il était très probable que le Front Sandiniste de Libération Nationale deviendrait à court ou moyen terme l'avant-garde indiscutée de la lutte des masses contre Somoza, et quand les autres conditions ont commencé à se vérifier, nous avons vu la certitude de la victoire. Nous, les opposants à la guérilla depuis le début du castrisme, nous qui avons été les premiers à dénoncer l'erreur de considérer la guérilla comme une stratégie continentale et qui avons commencé la bataille, ensemble avec le SWP, contre la déviation guérillériste dans notre Internationale, nous avons dit : "dans ce cas, oui, la guérilla est valable". [...] Nous n'avons jamais écarté la guérilla comme une tactique dans certains endroits et à certains moments. »Le Front Sandiniste de Libération Nationale
   Après la victoire, le 17 juillet 1979, alors que les sandinistes imposent un Gouvernement de Reconstruction Nationale avec certains secteurs de la bourgeoisie, la Brigade se consacre à organiser la classe ouvrière en construisant des syndicats. Cette action a tellement de succès que la centrale syndicale sandiniste, une fois fondée, sera constituée à 70% par des syndicats formés par la Brigade. Une marche de plus de 3.000 Nicaraguayens accompagne les brigadistes qui demandent que le gouvernement les reconnaisse comme citoyens nicaraguayens. Mais les sandinistes arrêtent les brigadistes et les expulsent du pays en les extradant à la police du Panama, qui les met en prison, les frappe et les torture. La Fraction Bolchevique exige du Secrétariat Unifié de condamner la répression sur la Brigade Simon Bolivar, mais le SU envoie plusieurs de ses plus importants dirigeants au Nicaragua pour s'entretenir avec les dirigeants sandinistes et remettre à ces derniers une lettre dans laquelle il condamne la Brigade Simon Bolivar.

La naissance de la LIT-QI

Le Comité Central de l'Organisation Communiste Internationaliste (OCI) française, ainsi que d'autres courants trotskystes, se solidarisent avec la Fraction Bolchevique et avec la Brigade Simon Bolivar. La Fraction Bolchevique, dirigée par Moreno, rompt avec le SU et constitue, avec le Comité pour la reconstruction de la Quatrième Internationale (CORQI - l'organisation dirigée par Lambert) et la Tendance Léniniste Trotskyste (TLT - une Fraction du SU), le Comité Paritaire qui a pour but de tester la possibilité d'unifier ces trois courants dans une organisation internationale commune et faire ainsi un saut dans la reconstruction de la IVème Internationale.

Le Congrès de Fondation de la nouvelle organisation internationale Quatrième Internationale - Comité International (QI-CI) a lieu à Paris en 1980 et c'est dans ce cadre que Moreno écrit les Thèses d'Actualisation du Programme de Transition.
   L'expérience avec le lambertisme (voir le bilan de Moreno) est toutefois de courte durée. Ce courant capitule face au gouvernement de front populaire de Mitterrand en France et la QI-CI explose. En 1981, Ricardo Napurí, du Pérou, et Alberto Franceschi, du Venezuela, deux dirigeants du lambertisme, rejoignent l'ex-Fraction Bolchévique et un nouveau regroupement se prépare. La Conférence de Fondation de la Ligue Internationale des Travailleurs - Quatrième Internationale (LIT-QI) a lieu à Bogota (Colombie) en janvier 1982 avec les « Thèses sur la nécessité de construire une organisation et une direction internationales ». Y participent des délégués de 18 pays (la plupart de l'ex-FB). Ricardo Napurí et Alberto Franceschi y adhèrent avec un groupe important de militants. Dans une intervention à la Conférence, Moreno conclut : « Il ne peut pas y avoir un programme international sans un parti du même type. La fondation de la LIT-QI est la plus urgente et la plus impérieuse de nos nécessités. Si nous ne la fondons pas, cela signifierait que le révisionnisme international est organisé, structuré dans le SU ou autour de Pablo et de Lambert, tandis que nous, les trotskystes orthodoxes, ne le sommes pas. Ce serait une façon de faciliter le triomphe du révisionnisme et d'assurer notre défaite, puisque, sans organisation centralisée, il n'y a aucune possibilité de mettre en échec nos ennemis révisionnistes et encore moins les grands appareils bureaucratiques. ».

Jusqu'au socialisme, toujours !

La LIT-QILors de la Guerre des Malouines entre l'Argentine et l'Angleterre en 1982, Moreno défend une position très polémique dans la gauche argentine et mondiale. En suivant les recommandations de Trotsky, il appelle la classe ouvrière argentine à se placer, du point de vue militaire, du côté de la dictature assassine contre l'empire anglais « démocratique ». L'affrontement marque la fin de la dictature militaire et Moreno revient clandestinement en Argentine. Pour des raisons de légalité, un « nouveau » parti, le Mouvement au Socialisme (MAS), est créé sans attendre le verdict de la justice sur l'illégalité du PST. A partir d'une appréciation correcte de la réalité, le parti sort de la clandestinité, même avant que le dernier représentant de la Junte militaire quitte la scène. En 1983, le MAS ouvre 300 locaux, organise des meetings dans des stades de foot avec des milliers de personnes et gagne un nombre important de militants.
   L'année suivante, Moreno s'installe quelques mois en Espagne pour y aider le PST qui traverse une importante crise. L'orientation fondamentale que propose Moreno au parti espagnol est de s'orienter vers le mouvement ouvrier et ses luttes. Ce faisant, le PST intervient pleinement dans la grande grève des chantiers navals. Au Brésil, Convergencia Socialista (CS) dirige une liste syndicale qui gagne les élections dans un des plus importants syndicats ouvriers du pays, celui des métallos de Belo Horizonte et de Contagem. Avec la fin de la dictature militaire dans ce pays en 1985, le nouveau gouvernement brésilien permet à Moreno de retourner dans ce pays et de reprendre contact avec les principales activités ouvrières de CS. Il donne à ce parti une recommandation qui sera décisive pour sa construction : concentrer l'essentiel de son activité sur les luttes ouvrières et les oppositions syndicales. Les listes dirigées par CS gagnent les élections dans le syndicat des banques de Rio de Janeiro et dans celui des Métallos de São José dos Campos.
   En 1986, Moreno voyage une dernière fois en Europe et s'entretient avec d'importants dirigeants du Worker's Revolutionary Party (WRP - Parti révolutionnaire des Travailleurs) de Grande-Bretagne. En Espagne, il accompagne les mobilisations à l'occasion du référendum sur l'OTAN, en prenant position contre le Gouvernement de Felipe González, ce qui est décisif pour orienter le PST dans la bataille des élections nationales (où le parti obtient 84.000 voix) et des élections syndicales.
   Le 25 janvier 1987, à 62 ans, Nahuel Moreno meurt de façon inattendue à Buenos Aires, à cause d'une insuffisance cardiaque. Plusieurs milliers de militants assistent à ses funérailles, et la plupart des partis trotskystes du monde, tout comme les centrales syndicales d'Espagne, de Bolivie, du Brésil et de Colombie, envoient des lettres de condoléances. L'ancien compagnon et adversaire politique, Ernest Mandel, évoqua ainsi son souvenir : « Avec lui s'éteint un des derniers représentants du groupe de cadres dirigeants qui, après la Seconde Guerre mondiale, a maintenu la continuité du combat de Léon Trotsky dans des conditions difficiles. »
   C'est en polémique avec Mandel, dans Le Parti et la révolution, de 1973, que Moreno avait conclut : « La construction d'un parti révolutionnaire mondial des travailleurs est la tâche la plus considérable que l'être humain s'est jamais proposée. Du fait de son immensité et des ennemis surpuissants auxquels elle se heurte, c'est une tâche très longue et très difficile. Nous ne sommes qu'une poignée de militants à combattre - avec la seule arme morale de notre confiance inconditionnelle et aveugle dans le mouvement de masses et la classe ouvrière - l'impérialisme et la bureaucratie, c'est-à-dire une classe et une caste qui ont concentré entre leurs mains le pouvoir le plus important que l'humanité ait jamais connu. [...] Ce que nous avons vécu jusqu'à présent, n'est que la préhistoire du Parti Mondial de la Révolution des Travailleurs. [...] Mais aujourd'hui, nous sommes en train de quitter la préhistoire et d'entrer dans l'histoire de la IVème Internationale. [...] Et toutes ces erreurs, divisions, discussions amères du passé et du présent, ne sont rien d'autre que les douleurs de l'enfantement de ce parti mondial à influence de masse. La IVème Internationale que nous connaissons est en même temps l'embryon et l'accoucheuse de ce parti. C'est pourquoi nous y sommes et nous y resterons. » Moreno a dû quitter l'organisation de Mandel, mais pas le combat pour la construction de la IVème Internationale, bien au contraire !
                                
[1] Ernesto González (coordinador) El trotskismo obrero e internacionalista en la Argentina - Vol. I p.77
Cette collection de plusieurs volumes fournit des informations de première main sur la trajectoire de Moreno.
Voir aussi Martin Hernandez, Vingt ans depuis la mort de Nahuel Moreno, dans le numéro spécial de Marxisme Vivant, 2007, ainsi que la chronologie à la fin de ce numéro spécial.
[2] El Socialista 55 du 14/12/06

1969 - Morale bolchevique ou morale spontanéiste, écrit en prison au Pérou, répondant à des problèmes concrets qui se présentaient dans le parti argentin. Des extraits sont publiés en traduction dans Le Marxisme Vivant n° 13 - mai 2006

1972 - Argentine et Bolivie, rédigé par un groupe de dirigeants de la IV Internationale - dont Moreno comme rédacteur principal - pour la réunion du Comité exécutif de décembre 1972, fait le bilan du processus révolutionnaire dans ces pays entre 1968 et 1972, dans le contexte de la polémique sur la lutte de guérilla, préconisée par Ernest Mandel au niveau mondial et par Roberto Santucho et Hugo Gonzales Moscoso en Argentine et en Bolivie respectivement. Il a finalement donné lieu à la création de la Tendance Trotskyste Léniniste en 1973.

1973 - Le parti et la révolution (Théorie, programme et politique. - Une polémique avec Ernest Mandel) a été écrit en 1973 sous le titre Un document scandaleux (une réponse à « En défense du léninisme, en défense de la Quatrième Internationale » d’Ernest Mandel) comme contribution au dixième congrès mondial (janvier 1974) de la IV Internationale. En 1985, Moreno a pris l’ini tiative d’éditer ce texte sous forme de livre, en y ajoutant un long Prologue sur l’évolution ultérieure des relations du courant de Moreno avec le Secrétariat Unifié, y compris la rupture qui donna lieu à la constitution de la Ligue Internationale des travailleurs ‑ Quatrième Internationale en 1983. Moreno est décédé en 1987. Le texte dépasse en réalité largement la circonstance de la polémique du Xe Congrès sous la direction du SU, et il a finalement reçu le titre actuel.
   Le chapitre 6 du livre, intitulé Parti mandéliste ou parti léniniste, peut être considéré comme un livre en soi.

1978 - La dictature révolutionnaire du prolétariat (écrit sous le pseudonyme de Darioush Karim) est une réponse polémique de 1978 contre la Résolution Démocratie socialiste et dictature du prolétariat du Secrétariat Unifié.

1980 - Actualisation du Programme de Transition est une élaboration programmatique en vu de la constitution d'une nouvelle organisation internationale, après vingt ans de lutte à l'intérieur de la IVe Internationale dirigée par le Secrétariat Unifié (SU), une lutte qui a finalement abouti à la constitution de la Ligue Internationale des Travailleurs - Quatrième Internationale.

1981 - A propos des "mesures progressistes" d'un gouvernement de front populaire est la traduction d'un chapitre du texte El gobierno de Mitterrand, sus perspectivas y nuestra política (Le gouvernement de Mitterrand, ses perspectives et notre politique). La politique envers le gouvernement Mitterrand a été le détonnant de la crise d'une unification éphémère entre la OCI, l'Organisation Communiste Internationaliste en France, dirigée par Pierre Lambert, et le courant qui est actuellement la LIT-QI.

1981 - Amérique Centrale: six pays, une nationalité, une révolution. Dans ce texte sont synthétisées les principales questions posées pour la Révolution d'Amérique centrale : la relation avec l'impérialisme et sa politique, la politique du stalinisme et de la direction cubaine, le programme et la stratégie pour la Révolution Socialiste en Amérique centrale.

1982 - L'existence d'une tendance trotskyste orthodoxe est un fait. Une intervention de Moreno dans la conférence de fondation de la LIT-QI.

1984 - Politiser. « En dernière instance, la tâche historique du parti est de politiser la classe ouvrière et le peuple pour qu'ils fassent la révolution. Nous ne pourrons pas réaliser cette tâche sans nous politiser, et sans nous politiser, nous ne pourrons pas non plus croître, moins encore diriger la révolution. »

1984 - Problèmes d'organisation est une élaboration de Moreno à l'occasion de la réorganisation du parti argentin pour les nouvelles tâches après le renversement de la dictature dans ce pays.

1984 - Révolutions du 20e siècle. Les chapitres 2 et 3 du texte Revoluciones del siglo XX sont ici disponibles en français.

1985 - La lutte contre le révisionnisme dans le Secrétariat Unifié, un prologue à l'édition sous forme de livre de Le parti et la révolution écrit en 1973 comme contribution au dixième congrès mondial (janvier 1974) de la IV Internationale - SU. « Douze années ont passé depuis cette date et, durant cette période, de nouveaux faits importants de la lutte de classes se sont succédés et de nouvelles et plus profondes divergences ont émergé qui ont abouti à notre rupture avec le Secrétariat Unifié en 1979. »

1985 - Pourquoi la IV Internationale. Une intervention de Moreno dans le premier congrès de la LIT-QI

1985 -Etre trotskyste aujourd'hui. Un interview d'août 1985

1986 - Conversations avec Nahuel Moreno , une longue entrevue de jeunes militants avec Moreno vers la fin de sa vie. La LIT-QI avait été fondée quatre ans plus tôt, après une longue expérience comme courant minoritaire à l'intérieur de la IVème Internationale et des années de polémique entre Moreno, le principal dirigeant de ce courant, et la direction majoritaire représentée par le belge Ernest Mandel.
On y parle de trotskysme, de parti révolutionnaire, de militantisme, des Etats ouvriers tels qu'ils existaient à l'époque, de l'Etat ouvrier révolutionnaire, ainsi que des perspectives pour le futur de l'humanité et du rôle qui y est réservé au trotskysme et à la classe ouvrière. Le troisième chapitre, sous le titre Le parti mondial, insiste particulièrement sur la nécessité de l'Internationale.

1986 - Notre expérience avec le lambertisme, un bilan de la rupture avec le Secrétariat Unifié (SU), de la courte mais intense expérience avec le lambertisme et de la préparation de la fondation de la LIT-QI.

Marxisme, classisme et internationalisme - Nahuel Moreno présent !

Archives Léon Trotsky
Oeuvre de Moreno (liste en espagnol / français)
Quelques textes publiés par la LCT
Quelques autres publications de la LIT-QI en français
Accès à la litérature politique sur internet

Archives Léon Trotsky

Les Archives Léon Trotsky sont une initiative de la revue de théorie et de politique internationale Marxismo Vivo qui, depuis plus de huit ans, est distribuée, en diverses langues, dans plus de vingt pays. Vous pouvez les consulter ici (en espagnol). Voici la présentation, par la rédaction de Marxismo Vivo.

Les nouvelles générations de socialistes révolutionnaires ont besoin de connaître, d'assimiler et d'utiliser les leçons du passé. Une grande part des ces leçons est conservée dans les archives des organisations révolutionnaires. Il s'agit de matériels de congrès, de documents, de publications, de cours, de débats… Ces matériels étaient conservés dans des archives fermées. L'objectif des archives Léon Trotsky est de les rendre publics.

La page mettra d'abord à disposition de ses visiteurs les archives d'un des courants du mouvement trotskyste : celui fondé par le révolutionnaire argentin Nahuel Moreno. Mais notre objectif est que d'autres archives viennent s'ajouter à cette page, de telle sorte de que les Archives Léon Trotsky deviennent les Archives de la Révolution. Le 29 mai 2009, environ 400 documents furent mis à disposition des visiteurs, et de nouveaux s'y ajouteront chaque jour (quelques 400 par mois). Il s'agit de textes, d'enregistrements, d'images et de vidéos qui n'ont jamais été divulgués, ou qui l'ont été plusieurs décennies auparavant.

Ce travail d'organisation et de numérisation des archives du courant moreniste a demandé un important effort humain et financier, et pour continuer à développer ce projet, les Archives Léon Trotsky auront besoin du soutien de milliers de personnes de pays différents. Ce soutien devra exister de deux façons : apport de documents qui enrichiront le projet, et soutien financier pour que celui-ci soit viable.

Nous envisageons ce projet difficile avec optimisme, car chez chaque révolutionnaire, spécialiste du marxisme ou militant, il y a toujours une archive. Quelques fois, importante, d'autres fois, modeste, mais en chacune d'elle, si modeste soit-elle, est contenue une portion de la lutte des classes. Nous voulons socialiser ces archives. Nous comptons, pour cela, sur votre aide.

D'autre part, la nécessité de financer ce projet international obligera à œuvrer à cette page, qui n'a pas de but lucratif, grâce à des abonnements. Pendant les premiers mois, l'accès aux archives sera libre mais, par la suite, pour accéder à la majeure partie des Archives Léon Trotsky, il faudra payer une petite somme d'argent (cinq dollars par mois). C'est un chiffre qui, multiplié par quelques milliers d'abonnements, va permettre non seulement d'alimenter cette page, mais aussi de la rendre accessible à beaucoup de pays, ce qui exige que les documents soient traduits dans leurs langues respectives, et c'est là un travail extrêmement coûteux. Pour cela aussi, nous comptons sur votre aide. Alors abonnez-vous, et amenez de nouveaux abonnés.

  Retour au sommaire

Oeuvre de Moreno

Une partie de l'oeuvre de Nahuel Moreno est accessible en espagnol sur le site multilingue Marxists Internet Archive MIA et on a la possibilité de télécharger la plupart de ces oeuvres ici. Quelques oeuvres non disponibles sur les sites mentionnés se trouvent ici. Voir la liste d'ensemble ici (ainsi qu'en Word ).

En français il n'y a, jusqu'à maintenant, qu'une petite partie de l'œuvre de Moreno disponible. A l'occasion du 20ème anniversaire de la mort de Moreno, une édition spéciale du Marxisme Vivant a été consacrée à « une vie au service de la IV Internationale ». La version française est disponible en pdf. Vous trouverez ici une liste, organisée par date, de l'oeuvre de Moreno disponible en français sur internet (disponible aussi en pdf).

Pour une biographie succinte de Moreno, voir ici

  Retour au sommaire

Quelques textes publiés par la LCT

  •   Les travailleurs sans papiers, un maillon essentiel de l'exploitation capitaliste

    Après un bref aperçu de l'évolution de la problématique, où les migrants sont devenus des « sans-papiers », et une rétrospective sur la lutte des sans-papiers en Belgique, nous développons une analyse marxiste, de classe, du thème.(Disponible aussi en espagnol)

  •   L'économie capitaliste selon Marx

    Nous voulons étudier pourquoi on continue à un rythme accéléré de fermer des entreprises quand il y a des besoins immenses non satisfaits dans l'humanité, ou tout simplement pourquoi notre pouvoir d'achat continue à baisser, alors qu'une petite minorité de millionnaires (0,7% de la population en Belgique ) peut mener ce train de vie sans avoir à travailler.

    Le texte fait référence à « une publication de plus grande envergure », Eléments d'économie marxiste.

  •   Lutte des classes

    Cette brochure est le résultat d'un travail collectif des militants de la Ligue Communiste des Travailleurs, avec la collaboration de camarades qui sympathisent avec nos idées. Il a comme base un texte écrit en 1992 pour accompagner un cours de formation politique de militants ouvriers (travailleurs de la construction, femmes au foyer,...) en Argentine. Il existe une version en espagnol.

  •   Sionisme, antisionisme et antisémitisme

    Ce travail a été écrit dans le cadre des discussions et activités du Comité Palestine Bruxelles en 2004. Actuellement le Comité ne se réunit plus, mais les militants de la Ligue Communiste des Travailleurs qui y ont participé reconnaissent le fruit et l'importance de son travail.

  •   La crise institutionnelle belge

    Depuis un demi-siècle, la Belgique connaît apparemment une instabilité institutionnelle qui se manifeste dans des réformes d'Etat successives et des conflits communautaires qui empêchent régulièrement la formation d'un gouvernement pendant de longs mois, et entre-temps, le pays fait état d'une stabilité économique, politique et sociale à toute épreuve pour la bourgeoisie, même dans les moments les plus durs de la crise structurelle actuelle du capitalisme.

    Cela nous mène à une analyse des contradictions relatives à l'intérieur de la bourgeoisie belge, marquées par un développement inégal et combiné et par une dépendance extrême de ses pays voisins, mais dominées par l'unité structurelle de la classe dominante face aux intérêts de notre classe.

    Une version du premier chapitre est disponible en espagnol

  •   La grève du siècle

    La grève générale de l'hiver 1960-61 est entrée dans l'histoire comme la grève du siècle.
    A l'occasion de l'importante vague de mobilisation qui a secoué la Belgique entre novembre et décembre 2014, et qui a trouvé son apogée le 15 décembre avec la grève générale, une comparaison – et le contraste entre les deux grèves – a été publiée dans Presse Internationale n° 98 de février 2015. Voici une étude plus élaborée concernant cette grève historique.

  •   Quelle stratégie syndicale pour nos luttes ?

    Il s'agit du document syndical approuvé lors du troisième congrès de notre organisation, en avril 2015.
    Nous le présentons comme un outil de discussion pour tous les militants syndicaux qui se posent des questions sur nos syndicats et qui veulent faire avancer la cause des travailleurs.

  Retour au sommaire

Quelques autres publications de la LIT-QI en français

Cecília Toledo
Le marxisme et le problème de l'émancipation de la femme
Femmes : le genre nous unit, la classe nous divise
Cecília Toledo est militante du PSTU(B) et membre de la Commission des Femmes de la Ligue Internationale des Travailleurs - Quatrième Internationale

Angel Luis Parras
ONU, forum des nations ou instrument de recolonisation
Angel Luis Parras est membre de la direction de Corriente Roja, la section espagnole de la LIT-QI

Bill Hunter
La Révolution Permanente : un cri de guerre pour le vingt et unième siècle
Bill Hunter, un dirigeant largement reconnu du mouvement ouvrier en Angleterre, est membre de la International Socialist League, la section anglaise de la LIT-QI

Alicia Sagra
Un bref aperçu de l'histoire de la LIT-QI
Alicia Sagra est membre de la direction Nationale du PSTU(A), la section argentine de la LIT-QI

José Maria de Almeida
Les syndicats et la lutte contre la bureaucratisation (2007)
José Maria de Almeida est membre de la direction Nationale du PSTU(B), la section brésilienne de la LIT-QI.
« Les syndicats sont toujours un des principaux mouvements sociaux existants au Brésil, sinon le principal. Cette conclusion n'est pas remise en question. Ce que nous discutons, ce sont les problèmes existant dans les syndicats, en particulier ceux liés à leur bureaucratisation. La structure actuelle de la plupart des syndicats est incompatible avec le projet politique qui veut prendre en considération – en plus de nos luttes quotidiennes spécifiques – la dimension politique de la lutte syndicale, orientée vers la remise en cause de l'exploitation capitaliste dans son ensemble. En ce sens, l'indépendance de classe, la mobilisation et la démocratie ouvrière, entendues ici comme la souveraineté et le contrôle des travailleurs sur leurs organisations, sont des principes fondamentaux. »

LIT-QI
L'Union européenne, une machine de guerre contre les travailleurs et les peuples
L'étroite marge de manœuvre du capital financier en Europe, face à la compétition mondiale des grands monopoles, ne peut être agrandie ou maintenue que si la limite imposée par les salaires et les conquêtes sociales du prolétariat se rétrécit. Une nouvelle période de croissance économique, soutenue par de nouveaux investissements, n'est possible que si l'impérialisme parvient à imposer au prolétariat européen des conditions d'existence très inférieures à la norme établie depuis la Seconde Guerre mondiale. La décadence économique du continent impose de plus en plus de sacrifices au prolétariat : c'est la condition pour qu'une poignée d'Etats impérialistes européens, associés à l'impérialisme étasunien, puissent continuer le pillage de leur propre périphérie européenne et du monde.

  Retour au sommaire

Accès à la littérature politique sur internet

Le site le plus connu est le multilingue Marxists Internet Archive (MIA) des Etats-Unis, avec un mirror en France. Voici un accès direct à la partie en français et un accès direct aux oeuvres de Trotsky en français.

Beaucoup de 'classiques' sont disponibles en français sur un site de l'Université de Quebec.

Le site From Marx to Mao (textes en anglais) prétend combler certaines lacunes dans le MIA concernant les oeuvres de Lénine, de Staline et de Mao.

Il y a un site spécifique de l'œuvre d'Ernest Mandel.

Une collection très ample de l'œuvre de Trotsky en espagnol est publiée par le CEIP (Centro de Estudios, Investigaciones y Publicaciones "León Trotsky") de Buenos Aires.

  Retour au sommaire

Mieux nous réprimer et nous diviser pour mieux nous appauvrir : mobilisons-nous contre les oppressions et l'exploitation.

Ces derniers mois, on assiste à un durcissement du discours et des mesures agressives des différents gouvernements au cœur de l'impérialisme. Cela commence par Donald Trump, qui approfondit les divisions dans nos rangs : attaque contre les droits des femmes avec ses politiques machistes, attaques contre les droits des immigrés avec ses politiques racistes. On observe la même chose en Europe. En France, un parti comme le Front National sera probablement au second tour des élections présidentielles et la droite « classique » se radicalise d'autant plus. La violence barbare de la police française, qui viole un jeune de 22 ans lors d'une ratonade régulière dans les banlieues est un symptôme inquiétant, mais malheureusement dramatiquement banal, de l'évolution de nos « démocraties ». En Pologne, le gouvernement attaque le droit à l'avortement, en Roumanie ils veulent dépénaliser la corruption…