logo-IV-LCT.jpg

Ligue Communiste des Travailleurs

Section belge de la Ligue Internationale des Travailleurs -
Quatrième Internationale (LIT-QI)

« L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » K. Marx

Newsletter

21 août 2015

La démission de Tsipras et les nouvelles élections

Hier, Alexis Tsipras,  Premier ministre grec et  principal dirigeant de Syriza, a annoncé qu'il allait  démissionner et convoquer de nouvelles élections parce que « le mandat pour lequel il a été élu [les négociations avec l'UE] a déjà été rempli. »

Une déclaration du Secrétariat International de la LIT
Voir aussi notre brochure Premières leçons de la Grèce

13 juillet 2015
Secrétariat International de la LIT-QI

Le peuple grec a dit NON...
Mais Tsipras et le gouvernement de Syriza
ont dit OUI

« Ça, ce n'est pas ce que nous avons voté, non, » disait Anna, une employée de banque. « Les gens sont très déçus. Ce sont les mêmes mesures que celles d'avant le Référendum, » disait Panayiota, qui gère le café du quartier.

8 juillet 2015
Comité Exécutif de la LIT-QI

NON aux plans d’austérité]Non, c’est non

La victoire éclatante du Non au référendum grec (62,29 %) est, contre vents et marées, une victoire du peuple. C’est une défaite sans précédent de la Troïka, de Merkel, de Hollande, de Renzi et de Rajoy. C’est la défaite du chantage terroriste de l'impérialisme qui, après avoir pillé et ruiné tout un pays en jetant des millions de personnes dans la pauvreté, a le culot de dire : « c’est nous ou l’abîme ».

5 juillet 2015

Grande victoire du NON dans le référendum

Les résultats sont connus : Le NON obtient une très large victoire (62 contre 38 %). Le peuple grec a encore une fois montré sa volonté de ne pas reculer face aux diktats de la troïka de l'UE et sa volonté de se battre.

12 juin 2015

Avec les GrecsFace au diktat impérialiste  :
Suspendre le payement de la dette et nationaliser la banque !

Des négociations sont en cours entre le gouvernement grec et les dirigeants de l'impérialisme européen. Le paquet de mesures exigé par l'impérialisme n'est rien de moins que la signature du statut de colonie suivie d'une véritable déclaration de guerre contre la classe ouvrière : il exige le maintien intégral du plan de privatisations – initié par le gouvernement d'Antonis Samaras (Nouvelle Démocratie) – des aéroports et des ports du Pirée et de Thessalonique ; la mise en œuvre de la réforme des pensions (c'est-à-dire de les baisser et de mettre fin aux retraites anticipées) ; le maintien de la suspension de la négociation collective salariale et des conditions de travail ; et la révision du droit de grève et de la loi réglementant les licenciements collectifs (ERES), évidement pour rendre ceux-ci plus faciles.
Lire une déclaration de la LIT-QI