logo-IV-LCT.jpg

Ligue Communiste des Travailleurs

Section belge de la Ligue Internationale des Travailleurs -
Quatrième Internationale (LIT-QI)

« L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » K. Marx

Newsletter

Le 9 novembre 1989

Il y a vingt ans, la chute du Mur de Berlin :
Une grande victoire du peuple allemand : la réunification.

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, le poste de contrôle de la Porte de Brandenburg [1] s'ouvre et la population peut passer librement, pour la première fois depuis 28 ans, d'un côté à l'autre de la frontière qui maintenait les Allemands de Berlin-Est séparés de leurs concitoyens de l'Ouest. C'est la chute du Mur de Berlin et du Rideau de fer, la réunification. Et c'est la fin d'une dictature impitoyable sous la domination de Honecker. Deux grandes victoires du peuple allemand. mais c'est aussi la fin d'une conquête historique : après trente ans d'existence d'un Etat ouvrier, le peuple s'est vu imposer la restauration du capitalisme.

Voici un article d'un camarade du Parti Ouvrier Internationaliste, la section russe de la Ligue Internationale des Travailleurs - Quatrième Internationale)

Ces derniers temps, la politique des autorités consiste à vouloir nous convaincre que les élections sont la solution de tous nos problèmes. Actuellement le pouvoir se partage entre deux ailes : la « Russie Unie » - 64 % (avec l'aide du parti « libéral-démocrate » - 8 %) et une misérable aile gauche, la « Russie Juste » avec 7 %. A part cela, il y a la soidisant « opposition responsable », le Parti Communiste (11 %). Tous font partie d'une comédie dramatique qui ne veut qu'une chose : nous manipuler. Dans cette mise en scène, le pouvoir essaye de dissimuler les problèmes urgents : l'augmentation des prix, la crise mondiale et son reflet en Russie. Ce sont des choses qui ne sont pas prévus dans le scénario et les autorités essayent de montrer qu'il s'agit de « détails techniques ». Mais la majorité de la population en a déjà souffert et continue à en souffrir. A la fin de 2007, le prix de plusieurs produits a augmenté de 50 à 100 %.

8 mars 2018

Italie : après les élections bourgeoises

Relancer la lutte dans les usines et les places publiques !
Accueillons « chaleureusement » le prochain gouvernement !

Le dimanche 4 mars ont eu lieu les élections législatives italiennes, avec d'amples confirmations des prévisions et des surprises relatives. La première confirmation qui sort des urnes est qu'il n'y a pas encore de projet qui aurait rencontré le consensus majoritaire de la bourgeoisie italienne, de relance du mécanisme d'accumulation du capital italien (que les journaux appellent pudiquement la « sortie de crise », quoiqu'en réalité, cela ne corresponde en rien aux intérêts des travailleurs). Cette bourgeoisie est plus divisée que jamais entre les différents camps : un symptôme de cette division était la loi électorale elle-même, une loi qui semble irrationnelle, écrite dans le but évident de ne faire gagner aucun secteur.
   Voici une déclaration, datée du 8 mars, de la direction du  Parti d'Alternative Communiste (Partito di Alternativa Comunista - PdAC), la section italienne de la LIT-QI.

9 décembre 2014
Partito di Alternativa Comunista – PdAC

La grève générale du 12 décembre
et la grève des transports

Que les patrons paient la crise !

Le gouvernement Renzi poursuit et intensifie son attaque contre le monde du travail. L'approbation définitive, au Parlement, de la Loi sur l'emploi est, pour le moment, le point culminant de cette attaque, à tout point de vue.

Cette école n'est pas en vente !Berlusconi veut la guerre ?
Il l'aura !

Le 17 octobre, plusieurs centaines de milliers de personnes ont fait grève et ont manifesté dans les principales villes d'Italie. Berlusconi a tenté d’y répondre par la répression, mais le mouvement continue. A l'avant-garde du mouvement se trouvent les enseignants et les étudiants. Par dizaines de milliers, ceux-ci se sont retrouvés le 30 octobre dans les rues de Rome pour protester contre la réforme de l'enseignement, la « loi Gelmini », qui avait été adoptée la veille par le Sénat.