logo-IV-LCT.jpg

Ligue Communiste des Travailleurs

Section belge de la Ligue Internationale des Travailleurs -
Quatrième Internationale (LIT-QI)

« L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » K. Marx

Newsletter

Mettons en échec l'offensive de l'extrême droite de la Media Luna !

La Bolivie vit des moments de tension énorme sous l'action violente et de grande envergure de groupes armés de droite. Il s'agit des soi-disant Comités Civiques des quatre départements de la « Media Luna » (Santa Cruz, Tarija, Beni et Pando) et de l'Union de la Jeunesse de Santa Cruz.

NON à l'autonomie fascisteEvo capitule encore une fois devant l'extrême droite

Après plusieurs jours d'extrême tension dans la confrontation entre le gouvernement d'Evo Morales, d'une part, et les gouverneurs et la bourgeoisie d'extrême droite de la « Media Luna », d'autre part, la situation a débouché sur une négociation officielle entre le gouvernement et ces gouverneurs (groupés dans la Conalde - Coordination Nationale Démocratique), pour arriver à un accord.

Une renaissance des luttes en Californie

Après une introduction plus générale sur les luttes aux Etats-Unis et les limites imposées par la bureaucratie syndicale, une camarade de la LIT-QI dans ce pays nous trace un panorama des luttes récentes d'un secteur d'avant-garde.

Répression des troupes de l'ONU
contre les protestations pour l'augmentation des prix des aliments

Ces derniers jours, des milliers d'Haïtiens sont descendus dans les rues de Port-au-Prince et d'autres villes haïtiennes pour protester contre les importantes augmentations de prix des aliments, qui aggravent encore plus la pauvreté déjà profonde et la misère dont souffre le peuple de ce pays.

Le 6 mars: solidarité avec la résistance du peuple colombien contre la barbarie paramilitaire et les crimes d'Etat

Ces dernières semaines, la Colombie a fait la Une des principaux médias de la planète. Dépassant le cadre de l'information routinière sur le conflit armé et le trafic de drogue, cette fois-ci l'attention s'est centrée sur les conditions de détention dramatiques de centaines de personnes séquestrées, sur la libération de certaines d'entre elles et sur la très importante manifestation politique du 4 février contre les FARC, qui sont responsables de ces rétentions. Cette manifestation a constitué, dans les faits, un soutien de masse à la politique de guerre contre l'insurrection militaire, appelée Sécurité Démocratique et menée par le président Alvaro Uribe Velez.