logo-IV-LCT.jpg

Ligue Communiste des Travailleurs

Section belge de la Ligue Internationale des Travailleurs -
Quatrième Internationale (LIT-QI)

« L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » K. Marx

Newsletter

3 juillet 2013

Morsi renverséUne grande victoire de la mobilisation du peuple égyptien !

Le peuple égyptien, protagoniste d'une mobilisation colossale, écrit une nouvelle page dans l'histoire de son pays et de sa révolution.

1er juillet 2013

Morsi, dégage !Des millions dans la rue en Egypte

Le peuple égyptien fait de nouveau trembler le monde. Son dévouement courageux, sa persévérance tenace et sa puissante énergie révolutionnaire semblent inépuisables et illuminent le chemin de la libération sociale pour les classes exploitées de tous les pays.

3 juillet 2017
CSP-Conlutas

Au Brésil, les arrêts de travail et les manifestations démontrent l'insatisfaction et prouvent qu'une grève générale est possible pour vaincre Temer et les réformes

Le 30 juin, les travailleurs brésiliens ont donné encore une fois une grande démonstration de lutte, contre les réformes du gouvernement Temer qui menacent la retraite et le droit du travail. Ce fut une journée qui a pris la forme de grève générale, avec des manifestations dans tous les Etats fédérés, y compris le District fédéral.

24 mai 2017

Rassemblement sur l'Avenida Paulista, São Paulo, Brésil, le 17 mai 2017Brésil :
Grève générale de 48 heures !
Descendons dans la rue !
A bas Temer, le Congrès et les réformes
 !

La lutte du peuple brésilien contre les gouvernements corrompus successif,  d'abord celui de Dilma, la dauphine de Lula, et maintenant contre celui de Tremer, ainsi que contre les mesures d'austérité, prend de plus en plus d'ampleur avec l'appel à une grève générale le 24 mai. Et une solidarité internationale est importante. Voici un article de la direction du PSTU, la section brésilienne de la LIT-QI, du 19 mai.

1er mai 2016

Descendons dans la rue !
Dilma, dégage ; Temer, dégage ; dégagez tous !

Luiz Inácio Lula da Silva, un ancien dirigeant métallo, co-fondateur du Parti des Travailleurs (PT), en opposition alors à la bureaucratie syndicale de la CUT, a été élu Président du Brésil en 2002, créant de grandes espérances dans la population. Il n'a toutefois pas manqué de mettre sa popularité au service des intérêts impérialistes dans la région, en particulier ceux de la compagnie pétrolière Petrobras, et il a fini par être impliqué, lui aussi, dans les scandales de corruption dévoilés dans l'enquête « Lava Jato » (lavage au Kärcher). Empêché de briguer un troisième mandat en 2010, il a alors promu sa dauphine, Dilma Rousseff, une ancienne guérilléra sous la dictature des années 1960, qui, réélue en 2014, est elle aussi impliquée maintenant dans les scandales de corruption.
   Pendant des années, le PT pouvait concéder des améliorations importantes aux travailleurs, sur base d'une industrie naissante et de généreuses exportations de matières premières au profit des multinationales. Mais la crise est finalement aussi passée par là et des mesures d'austérité ont été exigées et servilement appliquées, générant ainsi une croissante opposition populaire au gouvernement du PT en coalition avec le Parti du Mouvement Démocratique Brésilien (PMDB), un parti néo-libéral, dont est issu le vice-président Michel Temer. Des mobilisations de millions de travailleurs ont montré, pour un secteur important de la bourgeoisie et de l'impérialisme, que Dilma et ses acolytes n'étaient plus en mesure de « contrôler » de manière efficace la population pour imposer les mesures d'austérité toujours plus strictes. Un processus d'impeachment, de déclaration d'inaptitude pour gouverner, a finalement été mis en route, qui permet d'écarter Dilma au profit de l'entrée en fonction du vice-président Tremer jusqu'aux élections présidentielles de 2018.
   Nous reproduisons ici un article du PSTU, la section brésilienne de la LIT-QI, publié dans Opinião Socialista d’avril 2016.